Tuléar, la colline des rumeurs

 

Tuléar, destination incontournable, capitale du Sud malgache. Ville à proximité du Tropique du Capricorne. Soleil à gogo, plages à gaga, ville de l’ambiance, ville de tout ce qui bouge, là où on ne dort pas. C’est un aperçu des milliers de phrases-type d’accroche qu’un opérateur touristique balance dès qu’il veut vous envoyer faire trempette dans le Sud de la Grande Ile.

C’est bien ! Très bien même ! Mais ce que l’on ne vous dira jamais, et que vous n’allez jamais trouver dans n’importe quel bouquin, c‘est que Tuléar (Toliara pour les intimes), à part qu’elle soit située sur une vaste plaine littorale, est aussi la colline des rumeurs. Bienvenue chez les Radio Babaky, là où les infos à deux balles valent de l’or !

 

Eclipse 2006 - Nkanfoa, Ghana 3

Eclipse ( Source de l’image ICI)

Comme dans toutes les villes dignes de ce nom, une rumeur sert à faire l’objet des débats de la populace avant de la laisser s’évanouir dans la nature après qu’une autre ait vu le jour. Mais ce qui est particulier pour les rumeurs tuléaroises, c’est que leurs auteurs sont si tellement inspirés qu’avec un peu de volonté et un coup de pouce, ils pourront apporter un grand coup d’innovation dans la cinématographie malgache.

 

« Babeo aho raoke ! », Chucky est dans la ville

Un des chapitres de ce que nous pouvons appeler « la trilogie des rumeurs » ressemble plutôt à une blague de mauvais goût entre amis  rentrés bredouille de la discothèque. Cependant l’histoire, il y a quelques années, a créé une grosse panique et a même peut-être eu de fâcheuses conséquences, à l’époque, sur le chiffre d’affaire des bars, des établissements et de toutes ces petites « coopératives » qui travaillent la nuit.

Et comment ? « Babeo aho raoke ! », traduction : « Tu peux me porter sur ton dos ? ». C’est ainsi que le bébé, qui est en fait un monstre, attire votre attention tout en pleurant. « Babeoraoke » ne sort que la nuit et aurait une façon de pleurnicher qui pourrait fondre le cœur d’un ogre à tel point qu’il pourrait construire un orphelinat juste pour la bonne cause. Qui est déjà tombé sur ce fameux gosse ? Personne ! Pourtant, même le tuléarois lambda qui ne sort jamais de sa maison a une version de l’histoire « Babeoraoke » encore plus épicé et palpitant que la version condensée de celle de ces 5 amis du quartier compilé avec un volet de l’histoire épouvantable de la poupée Chucky !

 

Eclipse totale montée de toute pièce

Un autre chapitre qui remonte à 11 ans passé. On est en 2001. Alors qu’un phénomène rare va se passer à Madagascar, de folles rumeurs se sont propagée comme une traînée de poudre dans ma ville de 200 000 habitants. C’est le 21 juin 2001, jour de la fête de la musique, qu’allait avoir lieu une éclipse totale visible dans presque toutes les localités de l’Ile. Le gouvernement en ce temps avait fait le nécessaire notamment dans la distribution de lunettes gratuites pour admirer l’heureux évènement.

La rumeur, du moins son auteur, voulait que ces lunettes soient une mascarade de Didier Ratsiraka, le président en ce temps-là. En effet, il paraît que notre gaillard, déjà célèbre pour sa cécité latente en ce temps-là, avait l’intention de rendre tout Madagascar aveugle lors de l’éclipse et qu’il ne fallait donc surtout pas utiliser les lunettes distribuées qui contiendraient des substances qui ôtent la vue et qu’il fallait se cacher le jour J.

Si c’en était resté là, on pouvait attacher un petit nanomicron de crédibilité à l’information mais le hic c’est que sans honte, d’autres ont rajouté qu’il n’y aurait même pas éclipse, et qu’il y avait déjà X grands avions prévus pour tenir une grande bâche qui allait cacher le soleil. 😀 LOL

Mais peu importe, à cause de ces anonymes lanceurs de rumeurs et leur staff, je ne verrai jamais d’éclipse dans ma vie car à la maison, on ne nous a pas laissé utiliser les lunettes ni traîner dehors ce fameux jour-là. Argh les rumeurs !

 

The following two tabs change content below.
Andriamihaja Guénolé, 26 ans, né à Tuléar, dans le Sud de Madagascar, vit à Antananarivo. Il rejoint Mondoblog en 2010. Se décrivant comme blogueur naïf et un peu indifférent, il écrit "tout et n'importe quoi (mais surtout n'importe quoi)". Passionné de nouvelles technologies, il travaille pour une plateforme nationale malgache de communautés gérant localement les ressources marines en tant qu'assistant de communication.

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *