Toliara

Etranger-Jackpot, Chasseuse de primes et Petit Chéri : l’amour avec un grand F

Si vous passiez à Tuléar, vous remarquerez quelque chose d’assez intrigant, une chose qui ne vous tracasserait peut-être pas trop dans les autres villes de Madagascar. Quand on y pense, c’est finalement assez typique à toute la Région du Sud-Ouest de la Grande Ile.

Est-ce que Tuléar est la ville des coincés ?

Vous emprunterez les rues bitumées, « monotumées » de nids de poules et autres sentiers inquiétants, vous trouverez rarement de couples qui montrent au grand jour leur amour. J’entends par « montrer au grand jour » se tenir par la main ou (pire ?) encore s’embrasser en public. On aurait l’impression que la plupart des quelques 170000 habitants de la Capitale du Sud sont coincés émotionnellement. Et c’est à se demander si c’est une démonstration extrême d’une pudeur débordante ou c’est juste à cause de la chaleur ambiante, symbolisée par le passage du Tropique du Capricorne, qui ôterait chez les couples toute envie de faire des bras-dessous et des coller-serrer.

Lettre ouverte à la JIRAMA, la compagnie d’électricité et d’eau de Madagascar

Chère Jirama,

Désolé si j’utilise ce nom si impersonnel. Je ne savais pas justement à qui je devais adresser ma lettre. J’hésitais entre PDG, DG,je ne savais pas à quel responsable de la compagnie me vouer. Peu importe, l’essentiel est que cette lettre parvienne à toi, toi la source de lumière et de de l’eau dans chaque ménage. Toi la source de tout.
Toi qui es à l’origine de la création et premier responsable du bien être de chaque malgache. Par une simple lampe de chevet, tu fais vivre une ambiance romantique, paramètre très décisif pour le renouvellement de l’espèce. Et par ton absence, tu fais broyer du noir (au sens propre de l’expression) aux amoureux imprudents qui ont le malheur de ne pas avoir d’autres divertissements à part la parade nuptiale. Tu vois naître tous nos bébésdésirés ou non. Tu leur permets de prendre leur premier bain avec quoi d’autre de plus que de l’eau.

Quand La Réunion court pour Tuléar

C’est pour les vacances que les grands coureurs réunionnais Gibet François et Jean-Louis Prianon ont passé à Tuléar il y a quatre ans. Ils ont été séduits par les plages d’Anakao, ce St Augustin ou encore le Boulevard Lyautey. L’esprit d’athlètes en eux ne leur ont pas laissé quitté la ville juste en tant que simples touristes, ils rentrent à La Réunion avec la folle idée d’organiser un rendez-vous annuel des professionnels et amateurs de courses. 4 mots marquent le début de la grande aventure: Les Foulées de Tuléar.

A Tuléar, tous les weekends, c’est Oktoberfest

Chacun ses us et coutumes quand vient le vendredi. Sur le réseau social Twitter, par exemple, ils ont ce qu’on appelle les #FF (Follow Friday). Cela consiste à conseiller ses amis à s’abonner à d’autres amis. Nous n’allons pas parler de « Twittereries ». Mais avant d’aller plus loin, sachez que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé: ça bousille le foie et les reins. On ne le vous dira jamais assez 😀

Madagascar: Tuléar fait son festival

Aujourd’hui le 3 Août 2012, est lancé à Toliara le Festival « Antsairy Lohariake ». C’est une initiative de l’Office Régionale du Tourisme de Tuléar (ORTU) et de la solidarité des artistes du Sud de Madagascar.
C’est une grande première pour Tuléar et quelque chose me dit qu’on en entendra beaucoup parler dans les prochaines éditions 😉

Ce que je n’aime pas à Tuléar

Il y a les beaux paysages, les belles plages et le fameux Grand récif corallien qui font la renommée de la « Ville du Soleil ». Mais suite à cette histoire de policiers qui ont voulu jouer à Prison Break et ont entraîné la mort du magistrat qu’ils ont pris en otage, il y a un côté pas très sexy de Tuléar qui ressort. J’en profite, non pas pour ternir l’image tuléaroise, mais pour vous parler des choses que je déteste un peu dans cette ville !