Moi et mes mots

Etranger-Jackpot, Chasseuse de primes et Petit Chéri : l’amour avec un grand F

Si vous passiez à Tuléar, vous remarquerez quelque chose d’assez intrigant, une chose qui ne vous tracasserait peut-être pas trop dans les autres villes de Madagascar. Quand on y pense, c’est finalement assez typique à toute la Région du Sud-Ouest de la Grande Ile.

Est-ce que Tuléar est la ville des coincés ?

Vous emprunterez les rues bitumées, « monotumées » de nids de poules et autres sentiers inquiétants, vous trouverez rarement de couples qui montrent au grand jour leur amour. J’entends par « montrer au grand jour » se tenir par la main ou (pire ?) encore s’embrasser en public. On aurait l’impression que la plupart des quelques 170000 habitants de la Capitale du Sud sont coincés émotionnellement. Et c’est à se demander si c’est une démonstration extrême d’une pudeur débordante ou c’est juste à cause de la chaleur ambiante, symbolisée par le passage du Tropique du Capricorne, qui ôterait chez les couples toute envie de faire des bras-dessous et des coller-serrer.

Lettre ouverte à la JIRAMA, la compagnie d’électricité et d’eau de Madagascar

Chère Jirama,

Désolé si j’utilise ce nom si impersonnel. Je ne savais pas justement à qui je devais adresser ma lettre. J’hésitais entre PDG, DG,je ne savais pas à quel responsable de la compagnie me vouer. Peu importe, l’essentiel est que cette lettre parvienne à toi, toi la source de lumière et de de l’eau dans chaque ménage. Toi la source de tout.
Toi qui es à l’origine de la création et premier responsable du bien être de chaque malgache. Par une simple lampe de chevet, tu fais vivre une ambiance romantique, paramètre très décisif pour le renouvellement de l’espèce. Et par ton absence, tu fais broyer du noir (au sens propre de l’expression) aux amoureux imprudents qui ont le malheur de ne pas avoir d’autres divertissements à part la parade nuptiale. Tu vois naître tous nos bébésdésirés ou non. Tu leur permets de prendre leur premier bain avec quoi d’autre de plus que de l’eau.

Premier Gaou et la guerre des boutons

En classe de sixième, on faisait cette leçon sur la puberté. On avait à apprendre par cœur les signes qui marquent le passage à la puberté chez les jeunes garçons et filles. Mue de la voix chez les mâles, arrondissement de la hanche chez les femelles. Le monde aurait été tranquille si la liste s’arrêtait là. Mais non ! Le bon Dieu a voulu inclure les satanées acnés à l’addition. A-t-il été à cours d’idées quand il planifiait de mettre des signes distinctifs aux ados pubères ? Cela ne suffisait pas d’être des centres nucléaires d’ébullition de cocktail d’hormones ?

6 pages Facebook qu’un malgache n’aimera (peut-être) jamais

Ces derniers temps, mon profil Facebook – sachez que j’ai terminé les 65 stades – est devenu une station-service de distribution de conneries ouvert 24h/24 et 7j/7. Et pourquoi ? La faute aux pages, aux groupes et amis Facebook malgaches qui combinés ensemble feraient le même effet que le gaz hilarant. Mais que cherchent réellement les malgaches sur les réseaux sociaux ? Je dirais : des amis, des infos, du « business »et surtout du rire et que sais-je encore ! De toute façon, le LOL est le propre de l’homme comme on dit. Et il commence sérieusement à y avoir de nombreux pages made in Madagascar qui marchent très bien.

A Tuléar, tous les weekends, c’est Oktoberfest

Chacun ses us et coutumes quand vient le vendredi. Sur le réseau social Twitter, par exemple, ils ont ce qu’on appelle les #FF (Follow Friday). Cela consiste à conseiller ses amis à s’abonner à d’autres amis. Nous n’allons pas parler de « Twittereries ». Mais avant d’aller plus loin, sachez que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé: ça bousille le foie et les reins. On ne le vous dira jamais assez 😀

Tuléar accueille la 25e Convention Nationale de la JCI Madagascar

Deux baobabs et un totem à la tuléaroise, c’est ainsi que se présente le logo de la XXVè Convention nationale de la Jeune Chambre Internationale ou la JCI Madagascar.A la dernière Convention nationale qui s’est tenue à Nosy-Be, bien au nord de la Grande Ile, c’est Tuléar qui est sorti grand vainqueur parmi les villes qui ont concouru pour accueillir ce grand rendez-vous des jaycees malagasy.

Ce n’est pas moins de 100 membres venant de toutes les localités de Madagascar, où la JCI existe, qui se donnent rendez-vous du 10 au 13 octobre, dans le Sud malgache, pour ces retrouvailles annuelles incontournables!