Premier Gaou et la guerre des boutons

 

En classe de sixième, on faisait cette leçon sur la puberté. On avait à apprendre par cœur les signes qui marquent le passage à  la puberté chez les jeunes garçons et filles. Mue de la voix chez les mâles, arrondissement de la hanche chez les femelles. Le monde aurait été tranquille si la liste s’arrêtait là. Mais non ! Le bon Dieu a voulu inclure les satanées acnés à l’addition.  A-t-il été à cours d’idées quand il planifiait de mettre des signes distinctifs aux ados pubères ? Cela ne suffisait pas d’être des centres nucléaires d’ébullition de cocktail d’hormones ?

Les acnés, je détestais, et le mot est faible. J’en avais un paquet, elles ont envahi mon visage comme les chercheurs d’or faisaient jadis dans l’Eldorado.

Poster Acné

Quand j’allais piocher dans les magazines de la bibliothèque, je tombais sur ce genre de passage gênant (pour les traumatisés des acnés ndlr) : « Votre visage est le reflet de ce qui se passe dans votre esprit ». J’avais envie de faire avaler tout ce ramassis de bêtises au comité de rédaction du magazine. Ils pensaient quoi ? Que mon esprit avait la syphilis ? Ils croyaient que je faisais exprès d’avoir des acnés… des pustules sur la face ? J’ai squatté moins la bibliothèque depuis.

Pourtant j’ai tout fait pour éviter les boutons, mais ça ne fonctionnait pas.

Les piments j’ai arrêté, pas trop de sucré, pas trop de gras, on aurait dit un mannequin qui surveille sa ligne. « Quoi ? Ce sont des cacahuètes ? Non merci, ça surexcite le sébum ». Et les efforts, ce n’était pas seulement du côté alimentation ! Je suis de ces gens qui croient que la pétanque et le billard sont les meilleurs sports du monde. Je n’aimais pas trop en faire quoi ! Mais face aux acnés, je devais suivre les pas d’Usain Bolt car la sueur éliminait tout, disait-on. Enfin, en théorie.

Et j’en ai entendu et suivi des conseils pour se débarrasser des maudits boutons. Je les appliquais un à un avec plus ou moins de retenues.

Le remède de grand-mère : le son de riz et jus de tomate

On m’a souvent soufflé des conseils de ce genre. Par qui ? Les  tantes et cousines. « Tu vois l’eau avec laquelle on a lavé le riz, au lieu de la jeter, prends-on un verre, lave-toi le visage avec puis rince avec de l’eau de robinet ! ». « Avant de dormir, tu peux aussi prendre la moitié d’une tomate et te le frotter sur la face ».  Echec

Le remède pub : Savony Nosy et Homeopharma

Une fois on m’a conseillé de n’utiliser que le Savony Nosy de la Savonnerie Tropicale et en  bonus des baumes et je ne sais plus quelles potions de l’Homeopharma. Je me souviens plus qui m’a filé ce tuyau mais ça doit sûrement être un partisan du « consommons et achetons malgache, on y gagne tous ». Echec

Le remède Jackass : « Huile de Condom Style »

Il m’est aussi arrivé de recevoir des encouragements bienveillants de la part d’amis qui, je pense, ne me voulaient que du bien. « Eh, est-ce que tu as essayé le menaka kapôty (le lubrifiant du préservatif) ?». C’est comme si j’étais un gosse à qui on conseillait d’appliquer de la merde de poule pour faire pousser plus vite une dent qui venait de tomber. Remède jamais essayé

Le remède extrême : Tremper son pain au chocolat

Ce sont les amis qui viennent de découvrir le plaisir du « bling-bling », le plaisir de la chair,  qui ont fait une ou deux fois l’amour (et qui n’ont pas d’acnés) qui se prennent tout d’un coup pour des dermatologues. « Mais puisque je te dis qu’une fois que tu aies arrêté le savon et que tu aies franchi le pas, adieu les boutons ». Naïf, je pensais que c’était pour se débarrasser des acnés, pour avoir un esprit serein et un visage apaisé, que le monde était en chaleur. ECHEC

J’ai tout tenté et j’ai tout essayé, c’était en fait un problème de foie. Bref, j’étais ado et j’avais des boutons. 😉

 

The following two tabs change content below.
Andriamihaja Guénolé, 26 ans, né à Tuléar, dans le Sud de Madagascar, vit à Antananarivo. Il rejoint Mondoblog en 2010. Se décrivant comme blogueur naïf et un peu indifférent, il écrit "tout et n'importe quoi (mais surtout n'importe quoi)". Passionné de nouvelles technologies, il travaille pour une plateforme nationale malgache de communautés gérant localement les ressources marines en tant qu'assistant de communication.

Derniers articles parAndriamihaj (voir tous)

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.