Top 10 des Spécimens que tu peux rencontrer lors d’un voyage en Taxi-Brousse

 

« Heureusement qu’il y a les taxi-brousses qui relient toutes les familles d’un endroit à l’autre de Madagascar » disaient les Mahaleo dans une de leurs fameuses chansons qui parle des taxi-brousses! « Soa fa nisy fiara nitety an’i Madagasikara, ireo taxi-brousse mampifandray ny mpianakavy ».

Alors que les jeunes élèves qui vont passer le BAC cette année plongent dans leurs fiches et leurs cahiers, le reste du monde peut partir tranquillement en vacances ! Et quel autre moyen plus simple et plus économique pour faire de l’Antananarivo- Tuléar- Antananarivo ou Tuléar- Antananarivo-Antsiranana que le taxi-brousse !? Seulement, sachez que le taxi-brousse est un micro-écosystème où nous pouvons faire la connaissance, surtout en haute saison, de certains spécimens dont voici LE Top 10 et comment s’y prendre :

 

air taxi-brousse final
10- Le chauffeur: C’est le premier responsable et on le rencontre toujours. Il est passe-partout et fait tout pour satisfaire les gentils passagers. De responsable marketing à logisticien en passant par facteur, il est aussi DJ car c’est lui qui choisit les chansons à écouter. Généralement, il a un goût musical louche mais aucun passager à bord n’ose le dire. Comme l’objectif est d’arriver sain et sauf à bon port, il ne faut surtout pas laisser notre pilote s’endormir au volant. Et si la « chauffeur-playlist » peut l’aider à cela, c’est tout ce qui compte.

Comment procéder ? Si vous êtes plutôt exigeants musicalement parlant, amenez votre propre musique.

 

9- Le « député » : C’est lui qui dit au pilote quand on doit s’arrêter pour les « Olombelo-tsy-akoha » ou les pauses pipi. Il met l’ambiance dans la petite communauté réunie par le destin d’un voyage. Il fait des blagues et demande les opinions des gens. Il détourne aussi  notre attention des musiques bizarres avec lesquelles le chauffeur martyrise les tympans des passagers.

Comment procéder ? S’il décide d’organiser un débat sur les rencontres Rajoelina-Ravalomana à Maputo, à 1h du matin, essaie de compter les moutons ou les bœufs de Remenabila, le Ben Laden malgache.

 

8- Le Don Juan : C’est un « député » sophistiqué qui vient dans le taxi-brousse célibataire et arrive sain et sauf à bon port, comme tout le monde, mais en couple. Heureusement que comme dans les avions, il n’y a pas encore de toilettes dans les taxi-brousse, sinon le Don Juan n’y fera pas seulement que ses grosses commissions.

Comment procéder ? Les filles, attendez qu’il jette un œil vers vous avant de lui raconter votre vie et lui dire le nom de votre animal domestique ! De toute façon c’est un prédateur et vous êtes sa proie, il va finir par vous regarder.

 

7- La « bombe » : Elle semble être sortie d’un magazine ou d’une agence de mannequins. La présence de la « bombe » change le destin. Donc, le « député » (spécimen 9), par exemple, a envie de proposer qu’on engage des hôtesses dans les taxi-brousses en voyant les beaux yeux. Le chauffeur (spécimen 10), lui, a du mal  à se concentrer à son poste de pilotage en relookant à travers le rétroviseur on-ne sait-quelle-partie de ce corps de rêve. Tout le monde est content !

Comment procéder ? Les gars, on peut tenter sa chance mais il faut se démarquer et montrer qu’on est LE bon prédateur face à toute cette bande de rapaces ! Et le chauffeur est prié de piloter! DRAGUER OU CONDUIRE

 

6- Le VIP : On lui a bien précisé que le départ est prévu à 14h. Il sait, comme la majorité des voyageurs, que c’est faux. Mais tout le monde est venu à temps pour faire monter les bagages et le VIP, lui, à 5 minutes de l’embarquement n’est toujours pas là. Le chauffeur, qui est aussi logisticien rappelons-le, réagit très vite en lui passant un ou des coups de fil pour lui faire signe qu’on est sur le point de partir. Le VIP est, dans la plupart des cas, l’ennemi public n°1 durant tout le voyage.

Comment procéder ? Considérer que le VIP est en fait un super héros, il revient d’une mission où il a sauvé une vie.

 

5- Le David Guetta : Lors de son tout premier voyage en taxi-brousse, il a failli être interné en cellule psychiatrique suite à l’écoute de la « chauffeur-playlist ». Depuis ce jour, à chaque voyage, il ne se sépare plus de son Mp3 avec ses gros écouteurs, tels des oreilles d’éléphant, comme l’asthmatique qui n’oublie jamais son inhalateur.

Comment procéder ? Lui demander de faire passer son Mp3 au chauffeur pour en faire profiter à tout le monde, après lui avoir supplié de jeter ses affreux écouteurs.

 

4- La jeune mère : elle a un gosse mignon dans les bras. Généralement, elle est jalouse à la vue de la « bombe » (spécimen 7) et trimballe des sacs qui contiennent les affaires de son petit boutchou. Le seul hic est que si tu as le malheur de t’asseoir à côté d’elle, tu peux ne pas trouver une place pour mettre tes pieds. Et tu peux vraiment galérer si dans la précipitation, elle a oublié les couches du bébé à la maison à côté du Farilac.

Comment procéder ? C’est le moment rêvé pour toi de jouer au Papa ou à la Maman. Tu ne veux pas ? Echange ta place avec quelqu’un d’autre. Inch’Allah !

 

3- Le vazaha : C’est l’étranger de passage qui met les pieds au pays pour la première fois. On lui a prévenu que le voyage serait long et fatigant ! On lui a même montré une agence de voyage où il pouvait s’acheter un billet d’avion, mais non il insiste, il veut « découvrir » dit-il. Il est attentif à tout et sort son appareil photo à tout bout de champ. Il pose  beaucoup de questions et te demande, par exemple, si la chèvre qu’on vient de monter avec les valises est vaccinée ou non. Et toujours dans la soif de découverte, il se peut qu’il devienne ami avec « le député » (spécimen 9) et c’est parti pour les débats politiques jusqu’à 5h du matin alors que le reste du taxi-brousse essaie de trouver le sommeil.

Comment procéder ? Si faire découvrir le pays aux autres est une passion pour toi, fais-lui goûter les amuse-gueules (poulets et les bananes) vendues à certains arrêts. Mais si jouer au guide touristique n’est pas ton fort, tu peux toujours lui poser la fameuse question : « WHAT IS YOUR PROBLEM(S) ? ». Avec un peu de chance on te laissera en paix.

 

2- Le vomito : C’est le passager lambda qui maudit les ingénieurs routiers ayant installé ces montagnes russes sur la RNx (Route Nationale n°x). Il a beau essayé les recettes bidon de grand-mère pour ne pas vomir en voyage, à savoir : scotcher un cachet d’aspirine sur le nombril, mâcher du manioc cru et sec ou sniffer du zeste de citron… mais sans succès.

Comment procéder ? Le seul remède connu à l’échelle nationale pour faire effet, c’est le comprimé de Nautamine. Cependant ça a le même prix que le TRUVADA et ça te donne l’air d’un demi-conscient qui aurait bu un tonneau de Toaka gasy (de l’Ethan-2-ol).

 

Top 1 (Roulements de tambour…) – Le colis suspect : Ce n’est pas une surprise ! Le Top 1 des spécimens qu’on peut rencontrer lors d’un voyage en taxi-brousse n’est pas une personne mais un colis : le colis louche. Comme le chauffeur est aussi facteur, il accepte les commissions. Il en accepte tellement qu’on ne sait plus ce qu’il y a dedans. Généralement, c’est un petit panier bien cousu qui dégouline après quelques heures de route. Rien d’alarmant ! On ne commence à se poser de questions que quand les passagers sentent une odeur mi-pet mi-cadavre qui émane dudit colis.

Plainte générale des passagers. Cependant le chauffeur a juré sur la tête de ses enfants que comme les voyageurs, le colis arrivera lui aussi sans égratignures à destination. Règle d’or du transporteur: Ne jamais perdre un colis. Et il tentera par tous les moyens de convaincre les gens à bord que ce n’est pas si nauséabond que ça. Le chauffeur est aussi un sacré diplomate. Arrivé au terminus, personne ne  viendra jamais réclamer le colis louche mais tout le monde s’en fout.

Comment procéder ? Après plusieurs réclamations infructueuses, prendre l’initiative de jeter tout colis anonymo-suspect. Ni vu ni connu !

 

Bonus : L’accro à Facebook : On en a déjà parlé mais ce spécimen est assez récent dans l’histoire malgache des transports et des voyages. Il ou elle a bien chargé son téléphone et a même deux autres batteries de rechange. C’est aussi un « député » mais virtuellement. Il ou elle met comme statut sur son mur : « Antananarivo J-1 » ou « Bye Tuléar ».

 Comment procéder ? Lui emprunter son téléphone, histoire de lui faire revenir sur terre et lui faire apprécier l’ambiance et la bonne musique qui règne dans le Taxi-brousse !

 

2011-09-26 17.56.39_edit0

Alors vous êtes quel genre de spécimen ? Sur quel spécimen êtes-vous déjà tombé ? Et dans quel coin irez-vous en vacances cette année? Bonne route !!! 😉

The following two tabs change content below.

2 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *